Créer son potager : bien préparer le sol

Vous êtes prêt(e) à vous lancer dans la folle aventure de cultiver vos propres légumes ?  Cela ne se fait pas n’importe comment ! On vous donne quelques conseils pour bien démarrer et surtout pour bien préparer le sol de votre potager.

Nettoyer son potager dès la fin de l’hiver

On pourrait avoir l’impression qu’un potager se débute au printemps. Pourtant, c’est dès l’hiver qu’il faut commencer à travailler, voire automne ! L’idéal c’est de placer un paillis, une couche de paille ou de carton, sur la zone du jardin qu’on souhaite transformer en potager. Il aura étouffé l’herbe et la majorité des mauvaises herbes, ce qui sera bien plus facile à travailler par la suite. Si vous n’avez pas anticipé, alors il faudra désherber toute la zone. Et attention, pas avec des produits nocifs! Le but du potager maison est de manger local, mais aussi bio. Du coup, il faudra enlever l’herbe à la main avec différents outils (bêche, etc.).

Un potager avec un sol bien aéré

Oui oui, le sol a besoin d’être aéré. Pour ce faire, utilisez une grelinette qui travaillera la terra sans la déstructurée comme pour faire d’autres outils comme les motoculteurs.

Nourrir le sol de son potager

Le potager se combine généralement à un compost. En plus de permettre d’y mettre ses restes de nourritures, il permet de nourrir la terre car riche en nutriments. Étalez-en sur le potager, notamment si vous comptez semer des cucurbitacées, des tomates et autres légumes du soleil. En effet, ils sont très gourmands et exigeants.

En automne, lorsque la saison se termine, vous pourrez semer des engrais verts comme du trèfle ou de la moutarde blanche. Ils permettent de renourrir le sol en hiver, car les légumes en poussant puise dans la terre ce qu’ils ont besoin. Il faut donc apporter des nutriments pour la nouvelle saison, d’où le rôle des engrais verts.

Semer des graines reproductibles

Voilà, votre potager est prêt à accueillir vos premiers légumes ! Attention à choisir des graines de qualité, reproductibles et sans OGM. Si on cultive sa propre récolte, c’est pour manger des bonnes choses, sans pesticides et autres produits nocifs.

Cet article a été publiée dans Jardin et tagué , , , . Ajouter aux favoris ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *